Saturday, December 10, 2011

American Beauty

TASCHEN's Magazine, Winter 2011/2012

I wish I still had a valid CCF card so that I could borrow Norman Mailer's Marilyn and re:read it. I still have a few scanned pages to remind me of that book, though. And then, there's this little excerpt, which, as insignificant as it might be, speaks volumes to me.
Le bébé [Norma Jean] pleure rarement. D'ailleurs, par la suite, quand elle saura marcher, Gladys l'emmènera parfois au laboratoire du studio pendant son travail. Les ouvrières félicitent la mère d'avoir une enfant aussi sage. Mais cette sagesse, cette tranquillité indiquent déjà l'orphelin spirituel, qui ne s'attend pas qu'on s'occupe de lui. Plus tard, les commentaires sur cette tranquillité seront moins louangeurs. Natasha Lytess, qui fut sa conseillère artistique, et devait être renvoyée ignominieusement, déclara : « Elle ressemblait souvent à une somnambule »; et le scénariste Nunnally Johnson dira en parlant d'elle: « Elle semblait être enforcée sous trois mètres d'eau... un mur de coton hydrophile... elle me fait penser à une marmotte. On lui enfonce une épingle dans le corps et huit jours après elle dit « aïe ». Il est possible que, déjà dans sa petite enfance, ses pensées aient tourné en rond, offrant le même rapport avec une quête obstiné que, dans sa cellule, les pas du prisonnier avec un voyage.
- Norman Mailer, Marilyn

Mailer's biographical account has been out of print in the States, never in print in Romania, as far as I now, and Taschen's latest book dedicated to Marilyn, which brings together Mailer's text and Bert Stern's photographs does not exactly solve the problem. It is a collector's edition. But I trust they have a regular edition in the works. Fingers crossed. After all, Marilyn belongs to the masses.

Meanwhile:

+ Leaf through.
+ Read the piece on Marilyn featured in the winter issue of Taschen's Magazine.

No comments:

Post a Comment